“Je me suis gardé de faire de la vérité une idole, préférant lui laisser son nom plus humble d’exactitude.” (L’œuvre au noir, 1968) – “Mes premières patries ont été des livres.” ( Mémoires d’Hadrien, 1951)

Le paradoxe de l’écrivain (1)(2)(3)

Marguerite Yourcenar en 1975, au sujet des travers de notre époque